03/07/2007

Pearl Jam @ Werchter : compte-rendu

Pearl Jam Tour Reviews, 2/4. Düsseldorf et Nijmegen bientôt. 
 
Commençons par un ordre chronologique renversé, donc par Werchter, vendredi 29 juin. Werchter, on le sait, est paumé en plein milieu de nulle part. Quand on arrive dans le périmètre de sécurité, on est content même s'il pleut : on y est. Mais on est déjà nettement moins content de payer QUINZE EUROS de parking, juste pour rester quelques heures dans un champ boueux. Apparemment, selon la gentille fille au pantalon tombant qui prit nos sous, le gouvernement flamand fixe le prix pour pousser les gens à prendre les transports en commun. Fort bien (en admettant que ce soit vrai), mais alors 1) il faudrait prévoir des trains en plus, parce que payer 75€ pour partir avant la tête d'affiche pour choper le train, c'est un peu con ; et 2) il faudra aussi rapprocher le terminal des navettes vers la gare de Leuven (si j'écris Louvain, je risque quelque chose aussi, ici?), qui est à plus de deux kilomètres (sic) de l'entrée du site.

Bref, tout ce qu'on aime chez nos amis de LiveNation. Schuur voor Premier! Allez, encore un petit truc marrant, Pearl Jam vend, lors de la tournée, des ponchos jaunes avec logo, assez sympa pour 5€. Le merchandising officiel a refusé d'en vendre, parce qu'ils vendaient déjà les leurs, noirs et très fragiles. Je ne parlerai même pas des tickets bouffe et boisson, juste des toilettes, qui à un moment ont été toutes fermées pour vidange (en même temps, re-sic), poussant les gens à pisser dans les éviers. Sex drugs and infections.

Bon, la musique alors. Pour moi, le programme était simple. J'étais là pour voir Pearl Jam et d'autres groupes sur la main stage, je ne comptais donc pas aller voir ailleurs, même si Lily Allen me tentait bien (et apparemment, j'ai eu tort de ne pas aller la voir). Mon premier concert fut Kings of Leon, dont je ne doutais absolument pas de leur talent, les ayant déjà vu trois fois auparavant. Je parlerai d'ailleurs plus lors du review sur Nijmegen. J'ai juste été surpris qu'Eddie Vedder était déjà là pour chanter sur le final Slow Night So Long, sept heures avant le début de Pearl Jam. Belle surprise.

Kaiser Chiefs étaient absolument monumentaux. Ils représentent Werchter à eux seuls, avec leur bruit gras indigérable et pourtant bouffé sans modération par le public de supermarché présent. Leurs morceaux se ressemblent tous, mais sont de plus excessivement mal joués, le tout étant délivré par Porcelet Ricky Wilson, qui ne chante pas mal, il ne sait juste pas chanter du tout. Donc il saute partout, dans le public, sur scène. C'est marrant mais complètement à chier.

Sans surprise, Bloc Party, c'était exactement l'inverse. Des bons morceaux, des très bon musiciens, un frontman charismatique qui commence enfin à affirmer sa personnalité, mais un endroit qui ne leur convenait pas du tout. Á part Banquet, leurs chansons ne pouvait pas être comprises dans une plaine si large, avec un son qui s'envolait sans contrôle. Ils auront quand même réussi à faire sortir un soleil qui ne quittera plus le site de la journée.

Le trio infernal final était ouvert par Queens Of The Stone Age, dont Josh Homme est maintenant le seul membre fondateur. Josh était clairement bien bourré, mais ça n'a pas empêché son groupe, dont le monstrueux batteur Joey Castillo, de massacrer les gentils fans des Killers et des autres conneries du lendemain à coups de If Only, Sick Sick Sick, No One Knows, une version assez improvisée de Feel Good Hit Of The Summer et surtout un final à tomber par terre, sur l'hymne stoner Song For The Dead. Trop court, malheureusement, mais totalement époustouflant.

Arctic Monkeys, quant à eux, n'ont pas besoin de faire grand chose sur scène. Alex Turner cache sa timidité par des private jokes incessantes et parfois énervantes (mais j'aimerais vous y voir, à 19 ans devant 60 000 personnes), mais le setlist et l'exécution époustouflantes valent tout l'or du monde. Les extraits des deux albums se suivent sans temps mort, et on jurerait entendre un set best of d'un groupe qui a quinze ans de carrière.

Enfin, Pearl Jam pouvait jouer à Werchter, après deux annulations (1993 et 2000). C'était la dernière date de la tournée, et même si la voix d'Eddie Vedder était un peu fatiguée, et que le groupe a du se satisfaire de 90 minutes au lieu des 2h15 habituelles (un dernier merci, Werchter!), ils ont livré une prestation terrible, tout en passion et en puissance. Le setlist alliait classiques (Go, Animal, Even Flow, Alive, Corduroy) à quelques raretés bien reçues (Once, Brain of J, Nothingman) et ont pu remercier leurs fidèles fans avec Smile et un final sur Baba O'Riley (The Who) avec un certain Josh Homme en guest. Pas le meilleur de mes quatre concerts, mais même leur plus mauvais concert reste tellement au dessus du reste que c'en est presque injuste. Dommage que je n'ai pu comparer avec Metallica, et leurs photocopies, certes parfaites, mais tellement... sans âme?

Ceci dit, je ne remettrai plus jamais les pieds à Werchter, sauf circonstance vraiment exceptionnelle.

00:58 Écrit par Denis dans Pearl Jam Tour 07 | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Bon article, bien corrosif ;)
tu as eu un passe de presse ?

Écrit par : Fred | 01/08/2007

Non... devine pourquoi ;) Werchter n'est pas trop un endroit où on aime les gens qui disent ce qu'ils pensent...

Merci.

Écrit par : Denis | 02/08/2007

Les commentaires sont fermés.